Homarderie

Cette écloserie à homards (ou homarderie), située originalement à Chiasson Office sur l’île Lamèque, démontre l’importance de l’industrie de la pêche aux homards à la fin du 19e et au début du 20e siècle. De nombreuses conserveries ou « canneries » ouvrent leurs portes pendant cette période au Nouveau-Brunswick et dans les provinces Maritimes. Toutefois, un déclin se fait sentir vers 1887, menant à une commission d’enquête qui suggère la mise en place de homarderies et d’écloseries.


En 1904, on ouvre une écloserie à Chiasson Office près du phare construit en 1880. Le constructeur très connu, Arcade Landry, est celui qui mène les travaux. Cette écloserie devait aider la propagation de l’espèce et avait une capacité de production de 224 jarres d’incubation. Le premier directeur est Sébastien Savoie et à sa première année, on cueille et procède à l’incubation de 50 000 œufs de homard. Le record pour une année est de 150 millions en 1910.



Huit employés composent le personnel de l’écloserie; le directeur, l’ingénieur, un aide- ingénieur, des aides-assistants de jour et de nuit et des employés chargés de la collection des œufs et de la distribution des alevins. Ces personnes sont payées entre 3.00 $ et 1.50 $ par jour.

La homarderie ferme ses portes en 1914 à cause de conflits politiques et de l’attitude générale d’indifférence face au projet. Ce climat de mésentente et le déclenchement de la Première Guerre mondiale entraînent la fermeture de cette station piscicole, qui est conclue en février. Le bâtiment sera vendu à la compagnie W.S. Loggie de Shippagan qui déménage l’édifice à l’arrière de son magasin et s’en sert comme entrepôt. Le bâtiment change de propriétaire et est finalement vendu au Village Historique Acadien, puis transporté et restauré au Village.