Maison Savoie

Établis d’abord à Port-Royal au cours des années 1600, les Savoie quittent cette région dès la signature du traité d’Utrecht en 1713. Confiants qu’ils vont habiter une région non touchée par le traité, Germain Savoie et Pierre Thibodeau s’installent sur la côte de la baie de Chignectou, au sud de ce qui est aujourd’hui le Nouveau-Brunswick. Ils y fondent la colonie de Chipoudy. Malheureusement, à partir de 1755, les soldats britanniques viennent pourchasser les Acadiens jusque dans la région de la rivière Petitcodiac. Après la chute du fort Beauséjour, un groupe d’Acadiens quitte cette région et descend la rivière Miramichi jusqu’à la baie où elle se jette. Ils y passent l’hiver. Les survivants continuent leur route vers le nord jusqu’à Néguac, Tracadie, Caraquet et Québec. Jean, dit James Savoie, le fils de Germain, est l’un des premiers à gagner la région de Néguac. Il s’établit à l’endroit appelé Rivière-des-Caches.


 
Le fils de Jean, Joseph, demande une concession de terre en 1795 et l’obtient en 1813, trois ans après sa mort! Elle est alors partagée entre ses quatre fils: Germain, Victor, Édouard et Bonaventure. C’est le fils de Bonaventure, Vital, qui construit sur un terrain reçu de son père la maison qu’on retrouve au Village historique acadien. Vital est avant tout un fermier. Cependant, il semble très habile en menuiserie puisqu’il fabrique toutes les chaises et les tables qui meublent sa maison. Il est aussi trappeur et piège le castor, le rat musqué et le lièvre, d’où son surnom: Vital à Boune le Rat musqué. Il pratique aussi la pêche. Après la mort de Vital, son fils Thomas hérite de la maison et la transmet ensuite à son fils Francis. Elle est habitée jusqu’en 1967. 

Cette maison a été construite en deux étapes. Datant de 1860, la cuisine d’été est la partie la plus ancienne; sa charpente à colombages verticaux est faite de pièces débitées en scierie. Le corps principal de la maison est construit quatre ans plus tard, sur une charpente de poutres équarries à la hache. L’extérieur est recouvert de bardeaux de cèdre. La finition intérieure de la cuisine d’été est réduite à sa plus simple expression, alors que celle de la partie plus récente montre un certain raffinement.