Pont couvert

Ce pont couvert est une reproduction fidèle d’un pont couvert typique du Nouveau- Brunswick du début du 20e siècle. De plus, sur chacune des façades on peut lire l’inscription suivante qui était sur la plupart des ponts couverts:  ($20.00 fine for driving on the bridge faster than a walk).  En anglais puisque c'était tel quel sur le pont couvert durant ces années.



Les ponts couverts ont vu le jour en Nouvelle-Angleterre à la fin du 19e siècle. Ce type de pont devient vite populaire et on le retrouve dans plusieurs provinces canadiennes. On construit en bois ce type de pont, car ce matériau est, à l’époque, une ressource économique et très abondante. La popularité de ces ponts au Nouveau-Brunswick est due à leur longévité. En effet, à cause du toit, les ponts couverts ont une durée de vie de cinquante ans comparativement aux ponts traditionnels de bois qui n’en ont que quinze. Le toit sert surtout à protéger le pont des intempéries. 

Il existe aussi d’autres avantages: le plancher reste sec et plus sécuritaire, l’hiver on n’a pas besoin de déneiger, leur forme qui rappelle l’entrée d’une étable rassure les chevaux, le pont devient un lieu de repos pour les voyageurs et un endroit où l’on affiche des publicités. 

Ces ponts étaient aussi nommés des « kissing bridges. » Les ponts couverts avaient cette réputation, car le toit offrait, à la tombée de la nuit, un lieu sombre aux garçons et aux filles pour faire des choses qu’ils ne devaient pas faire avant le mariage.