Tonnellerie Thomas

La tonnellerie est une reproduction partielle de celle des Thomas de Petit-Tracadie vers 1937. Le moulin représente un type standard d’époque, quant à la tonnellerie (assemblage), elle se rapproche de celle que les Thomas possédaient en 1937. La tonnellerie Thomas employait de six à sept personnes à cette époque.

Anciennement, au début des années 1800, la production de tonneaux chez John Thomas se limite à deux tonneaux par jour, car toutes les étapes de la fabrication s’effectuent à la main. Au début 1900, les outils mécaniques font leur apparition et en 1937, une bonne journée de travail représente 20 quarts (barils ou tonneaux) par jour.

Les deux fonctions principales du tonneau sont celles du transport et de la conservation de la marchandise qu’il contient. On peut y déposer de l’eau, du vin, de l’huile, de la mélasse et de nombreux produits solides tels que le grain, les salaisons, les pommes, les pommes de terre, le fromage, le poisson, la viande, etc. Le tonneau se manie très facilement, en dépit des centaines de livres qu’il peut contenir. On le déplace facilement soi-même, à cause de sa forme géométrique.

Jusqu’au début des années 1900, la production est surtout écoulée sur le marché local. En 1937, les Thomas vendent des quarts un peu partout dans la Péninsule acadienne. À cette époque, la production s’élève à 10 000 - 12 000 quarts par année. Les principaux clients sont : A. & R. Loggie, W. S. Loggie, la Robin, Jones and Whitman Company, La manufacture des Gauthier de Shippagan, etc.

Dans les dernières années de la production (1960-1970), les tonnelleries deviennent rares et les Thomas vendent partout à travers les Maritimes, le Québec et l’Ontario. Pendant cette période, les Thomas emploient de 40 à 60 personnes et fabriquent environ 40 000 quarts par année. En 1980, la tonnellerie Thomas ferme ses portes, car le tonneau en plastique supplante dorénavant le tonneau en bois.

Éléments caractéristiques du bâtiment principal:

  • Le toit à deux versants à pente accentuée
  • Le revêtement extérieur en bardeaux de cèdre
  • Les larges portes d’accès
  • La section partiellement ouverte qui sert d’abri à l’engin à vapeur et la chaudière;
  • La chaudière à vapeur horizontale produite en 1940 par le fabricant Robb

Engineering Work Limited de Amherst, Nouvelle-Écosse

  • Le moteur à vapeur (c1905) de International Engineering Works Limited d’Amherst, Nouvelle-Écosse
  • Le moteur stationnaire fabriqué en 1941 par International Harvester Company de Chicago, USA
  • La scie à douves (1900) du fabricant Peter Gerlach Company de Cleveland, Ohio, USA
  • La machine (moulin) à bardeaux de type Dunbar produite vers les années 1930 par la Compagnie Desjardins Limitée de Saint-André-de-Kamouraska, Qc
  • L’emballeur à bardeaux des années 1930
  • La scie circulaire des années 1930
  • La scie à déligner des années 1930

Éléments caractéristiques du bâtiment secondaire:

  • Le toit à deux versants à pente accentuée
  • Les dimensions réduites du bâtiment
  • Les deux portes d’accès
  • Le foyer pour chauffer les barils
  • Les deux établis
  • L’ensemble de l’outillage d’assemblage des barils.